CaisseSolidaire_989x90

Le mardi 29 juillet 2014

Recherche:

Gaz de schistes : vers une mobilisation européenne ?

L’auteur invité est Clotilde de Gastines, de Metis correspondances européennes du travail.

À Paris, Londres ou Varsovie, des nappes phréatiques polluées au radon 226 et des sols intoxiqués par des métaux lourds ? Ce scénario catastrophe est déjà une réalité dans plusieurs Etats américains : Pennsylvanie, New-York, Texas, Alabama… suite à l’extraction de gaz de schistes.

Depuis 2008, de nombreux permis d’exploration se négocient en Europe, souvent à l’insu des opinions publiques. La saga des révélations ne fait que commencer. De nombreux représentants politiques, citoyens et scientifiques en Amérique du Nord et en Europe se sont mobilisés autour des risques environnementaux et sanitaires. Le New York Times a dévoilé 30 000 documents confidentiels accusateurs provenant de diverses sources, dont l’EPA, l’agence américaine de protection de l’environnement, et l’industrie. En France, un moratoire suspend ainsi temporairement les forages jusqu’au 15 juin. Mais la question pourrait se traiter à l’échelon européen.

« L’acceptation par les populations sera la question-clé », déclarait fin janvier en off un spécialiste de Total au Monde à propos de l’exploitation des gaz de schistes. Après la saga aboutissant à la suspension quasi-complète des cultures OGM en Europe, l’extraction du gaz de schistes pose à nouveau la question de l’acceptabilité des risques sanitaires et environnementaux dans une Europe densément peuplée.

Car pour libérer ce gaz non-conventionnel pris dans la roche, il faut la fracturer. Des milliers de mètre cube d’eau, mêlées à du sable, à des produits chimiques et à « des petites billes de métal » selon Gérard Mestrallet, PDG de GDF-Suez, sont envoyées à très forte pression à 2000 m de profondeur. La fracturation provoque des micro-séismes ressentis à 3,4 sur l’échelle de Richter en surface. En principe, l’eau, les produits chimiques et le gaz sont récupérés, mais il arrive qu’ils traversent des roches perméables, les nappes phréatiques et polluent dangereusement les sols (voir l’application interactive d’Owni.fr : Attention forages à risques). […]

Évaluer les impacts

Experts et parlementaires européens se sont donc lancés dans une course aux évaluations pour peser l’intérêt économique de l’extraction des gaz et ses risques pour la santé et l’environnement. Aux experts d’évaluer le potentiel énergétique des sous-sols européens. À la commission environnement d’étudier sa possible nocivité sur la santé et l’environnement.

« Définir une véritable politique énergétique et agir au niveau européen, c’est la seule manière de peser contre les multinationales, parce qu’elles attaquent pays par pays et que les États sont laxistes » déclarait José Bové devant l’association des Journalistes Européens le 24 février dernier. Le militant anti-OGM français qui a rejoint le Parlement Européen en juin 2009 sous l’étiquette d’Europe Écologie soupçonne les compagnies pétrolières et gazières de s’être partagé « le gâteau européen, sans appel d’offres ». Ainsi en France, « nous voulons examiner tous les documents d’octroi de permis, car on ne peut pas faire confiance à l’État sur la manière dont il a procédé ».

Les compagnies minières prétendent prospecter. Or, prospecter cela signifie fracturer et exploiter, car le code minier français autorise aux détenteurs de « permis exclusifs de recherche » (PER-H pour « hydrocarbures ») l’extraction et même la commercialisation des produits extraits.

En Europe, des puits ont déjà été forés en Pologne, sans faire de vagues, alors qu’en Allemagne et en Suède ils ont provoqué l’ire de l’opinion publique. Des permis couvrent déjà cinq autres pays : France, Royaume-Uni, Autriche, Hongrie et Roumanie. Cette carte localise les gisements et les entreprises impliquées. Elle est tirée d’une présentation de l’entreprise Toreador, qui envisage de forer dans l’Est du Bassin Parisien. Récemment relocalisée en France, son vice-président n’est autre que Julien Balkany, le frère du sulfureux maire de Levallois.

En Allemagne

Les premiers forages-tests sont en cours. Le géant américain Exxon-Mobil est en Basse-Saxe et Rhénanie du Nord. Il y partage le terrain avec la BNK Petroleum, qui avec la Thuringe et la Saxe-Anhalt, couvre 9700 km2 soit 2,7 % du territoire allemand. La britannique 3Legs Resources a aussi obtenu deux permis dans le Bade-Wurtemberg sur 2 550 km2. Enfin, la canadienne Realm Energy s’est implantée à 100 km à l’Ouest d’Hanovre sur 64 km2.[…]

En Pologne

L’opinion publique polonaise est massivement favorable aux gaz de schistes, dont l’exploitation pourrait l’émanciper du gaz russe. Le gouvernement a ainsi accordé une cinquantaine de permis de recherche ne suscitant qu’une timide réaction des Verts.[…]

En Suède

Shell prospectait dans la région de Scanie, à l’extrême Sud de la Suède, à l’Est de Copenhague. L’opinion publique suédoise s’était inquiétée. Le changement de gouvernement à l’automne 2010 semble avoir gelé les forages, d’après l’agence Reuters.

Au Royaume-Uni

Le Ministère de l’Energie et du changement climatique ont refusé de poser un moratoire à la demande de plusieurs collectivités locales (notamment Blackpool dans le Lancashire) et de scientifiques. Il considère que « les risques sont infimes », rapporte le Guardian en janvier dernier.

En France

À l’automne, le site OWN détaillait les dessous de l’attribution des permis (dont une carte est régulièrement mise à jour par le Ministère de l’écologie). Certains élus n’étaient même pas au courant. Ce que dément la direction générale de l’énergie et du climat qui assure que les procédures officielles ont été suivies à la lettre : de l’ouverture à la concurrence à la consultation des services locaux. Depuis fin mars, OWNI a lancé un clone de wikileaks baptisé OWNIschistes, pour permettre à tout ceux qui le souhaitent de leur faire parvenir des documents de manière sécurisée et anonyme.

Ces permis exclusifs couvrent à présent 1/8 du territoire, et parfois des parcs nationaux protégés (comme celui des Cévennes). Dans le Sud-Est, Total, GDF-Suez associé à la firme américaine Schuepbach Energy LLC, comptent prospecter sous le plateau du Larzac et en Ardèche. Le groupe European Gas Limited (australien) aurait eu un permis d’exploration dans le Nord-Pas-de-Calais et cinq autres permis en Lorraine, dans le Jura, la Loire et les Bouches-du-Rhône. Quant à Toreador, elle a acquis plusieurs permis dans les départements de Seine-et-Marne, de l’Aisne, de l’Aube et de la Marne, et souhaiterait s’étendre jusqu’à la Lorraine. […]

Face à la pression, Nathalie Kosciusko-Morizet, ministre de l’Écologie, a déclaré un moratoire début mars et la suspension des forages jusqu’en juin prochain. D’ici la remise de plusieurs rapports, demandés par les ministres de l’Energie Eric Besson et de l’Ecologie au Conseil général de l’industrie, de l’énergie et des technologies (CGIET) et au Conseil général de l’environnement et du développement durable (CGEDD), la sénatrice Nicole Bricq prévoit d’interroger le 5 avril prochain, le ministre du Budget sur la fiscalité applicable aux sociétés de recherche et d’exploitation des hydrocarbures liquides ou gazeux, qu’elle trouve étrangement favorable, vu les enjeux de santé publique.

« C’est à l’État de dire si on peut exploiter convenablement ou pas. Si nous n’avons pas de technique qui préserve l’environnement, on ne le fera pas » assurait Gérard Mestrallet, PDG de GDF-Suez aux journalistes de l’information sociale le 15 mars dernier. L’État et pas l’Europe. À suivre…

Pour lire le texte au complet, avec les nombreuses références, on va sur le site de Metis, correspondances européennes du travail.

Discussion

Pas de commentaire pour “Gaz de schistes : vers une mobilisation européenne ?”

Commentaire

Inscrivez votre courriel ci-dessous pour recevoir le bulletin hebdomadaire:

Agenda Public

Un code est requis pour ajouter des evenements a l'agenda.
Appuyez sur "Obtenir un code" ci-dessous pour s'inscrire.

Si vous avez un code, inserez votre code ci-dessous:

Votre compte étant nouveau, s'il vous plait enregistrer vos informations:











Informations sur l'evenement a ajouter: